Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2011

Fraises bio, mémoire de fin d'étude

A la croisée des swani et de l'université : quand notre expérience épouse les bancs de l'université, disons que nous semons au-delà de nos jardins, et cela nous encourage encore plus à creuser notre sillon pour intéresser encore plus d'étudiants, de paysans et de citoyens et tout ceci au service d'une agriculture respectueuse de l'environnement.

Touriya, du comité d'encadrement des swani, a participé à un jury de mémoire sur les fraises bio, elle nous livre en bref ci-dessous un résumé des résultats de ce mémoire, bientôt vous saurez comment faire pour traiter biologiquement vos plantations de fraises sans les agresser!

Et bientôt, des fraises bio dans votre panier, bien sûr!

Résumé du mémoire de fin d’étude

Depuis plusieurs années, nous collaborons avec le professeur Boutaleb de l’ENAM (Ecole nationale d'agriculture de Meknès).  Mademoiselle Elatmani Besma de l’ENAM a présenté les résultats de son travail intitulé « Gestion phytosanitaire du fraisier dans la région du Loukkos et essais de quelques biopesticides d’origine végétale et d’origine minérale contre Tetranychus urticae (araignée jaune) sur fraisier ».

Elle y compare l’effet d’un produit chimique avec 4 traitements bio (savon noir, armoise, lavandin et piment) à différentes doses et sur une durée de 15 jours, pour établir l’effet « rémanence ».  Le savon noir à la dose de 30g/l se distingue nettement des purins de plantes.  Son action sur l’araignée est similaire à celui du pesticide le plus utilisé dans cette région sur la fraise. La différence réside dans la rémanence : une dizaine de jours pour le savon noir alors que le pesticide persiste bien plus longtemps dans l’environnement.

Bientôt quelques photos...