Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2011

Fraises bio, mémoire de fin d'étude

A la croisée des swani et de l'université : quand notre expérience épouse les bancs de l'université, disons que nous semons au-delà de nos jardins, et cela nous encourage encore plus à creuser notre sillon pour intéresser encore plus d'étudiants, de paysans et de citoyens et tout ceci au service d'une agriculture respectueuse de l'environnement.

Touriya, du comité d'encadrement des swani, a participé à un jury de mémoire sur les fraises bio, elle nous livre en bref ci-dessous un résumé des résultats de ce mémoire, bientôt vous saurez comment faire pour traiter biologiquement vos plantations de fraises sans les agresser!

Et bientôt, des fraises bio dans votre panier, bien sûr!

Résumé du mémoire de fin d’étude

Depuis plusieurs années, nous collaborons avec le professeur Boutaleb de l’ENAM (Ecole nationale d'agriculture de Meknès).  Mademoiselle Elatmani Besma de l’ENAM a présenté les résultats de son travail intitulé « Gestion phytosanitaire du fraisier dans la région du Loukkos et essais de quelques biopesticides d’origine végétale et d’origine minérale contre Tetranychus urticae (araignée jaune) sur fraisier ».

Elle y compare l’effet d’un produit chimique avec 4 traitements bio (savon noir, armoise, lavandin et piment) à différentes doses et sur une durée de 15 jours, pour établir l’effet « rémanence ».  Le savon noir à la dose de 30g/l se distingue nettement des purins de plantes.  Son action sur l’araignée est similaire à celui du pesticide le plus utilisé dans cette région sur la fraise. La différence réside dans la rémanence : une dizaine de jours pour le savon noir alors que le pesticide persiste bien plus longtemps dans l’environnement.

Bientôt quelques photos...

05/12/2007

Jardinage agro-écologique, Shoul (Salé), dimanche 2 déc. 2007

Les principes et techniques culturales du jardinage agro-écologique, tel a été le thème de la formation qui nous a réunis ce dimanche 2 décembre à Shoul chez Mustapha Belharcha. Mustapha, jeune agriculteur de Shoul, s’est engagé depuis peu dans le jardinage agro-écologique réservant une partie de son terrain au maraîchage. La production future de son jardin sera commercialisée auprès d’un petit réseau de consommateurs constitué au printemps 2007(Ventes de légumes bios.doc). J’en profite ici pour remercier ces consommateurs car, par leur acte d’achat, ils contribuent à encourager ce projet, à diffuser l’agro-écologie au niveau de la commune rurale de Shoul où de grands espaces agricoles sont sous-exploités ou tout simplement laissés en friche; et à contribuer modestement à l’amélioration du niveau de vie des paysans de Shoul ; sans oublier la préservation de l’environnement et de la santé.

Formation assurée par Bouchaïb Harris, venu expressément de Dar Bouazza (Casablanca). Bouchaïb a acquis une grande expérience théorique et pratique au niveau de l’agro-écologie, grâce à l’accompagnement de l’association Terre et Humanisme France et Maroc, engagée dans le développement de la ferme pédagogique et agro-écologique de Dar Bouazza.

c2283ab5a36874fbc11993d77c6a2844.jpgPetite assemblée motivée réunissant donc Mustapha et trois autres agriculteurs intéressés, Redouane, Haj Iddir et Mohamed, outre Cherifa et moi-même en scribes attentifs.

Trois heures durant, nous avons navigué entre prise de notes, questions, débats… jusqu’à 13h45 où il a bien fallu mette fin à cette session car un bon couscous tfaïa nous attendait, merci à la maman et sœur de Mustapha.

1c21bdbac30afd2a03d8f55e336a7a4c.jpgUne petite séance sur le terrain pour finaliser notre session de formation s’est imposée : conseils pratiques, précisions, recommandations ont été prodigués par Bouchaïb une petite heure durant. 

Et pour conclure en beauté notre journée, Mustapha a remis à Bouchaïb des graines de quinoa et d’épeautre pour des tests à Dar Bouazza, scène à l’appui : 438a53d13d3560eb43c94867a41de5d1.jpg


Des semis de quinoa et d’épeautre en perspective à Dar Bouazza, avis aux consommateurs casablancais amateurs…

Avis aux paysans et agriculteurs de tout le Maroc et d’ailleurs, aux amateurs de jardinage, vous voulez en savoir plus, nous vous livrons ici le compte-rendu :Jardinage agro écologique 2-12-2007.doc des principes et techniques culturales de base à connaître et qui ont été abordés ce dimanche.

 Un grand merci à Mustapha et à sa famille pour leur accueil ainsi qu'à Bouchaïb pour la formation qu'il nous a livrés avec force et conviction.

22/11/2007

Atelier quinoa vendredi 16 novembre 2007

Shoul (Salé) : outre Aïcha, Chérifa, Lucile et Touriya, une quinzaine de jeunes agriculteurs, dont une dizaine de L’Association Shoul pour l’Initiative et le Développement et deux d'une Association de Sidi Slimane invités par Mustapha Belharcha, pour cette première rencontre de sensibilisation sur la culture du quinoa, animée par le professeur Ouafae Benlahabib de l’IAV Hassan II.
Bonne ambiance, intérêt et convivialité tout au long de la rencontre.

Des essais de cette culture ont été réalisés dans la région de Khénifra en 1999 et démontré l’intérêt en tant que culture alternative. Pour la technique de culture, se référer à la publication du Prof. Benlahabib : Quinoa.doc
En effet, les paysans cultivaient le blé, l’orge et les légumineuses. Avec la sécheresse, ils ont abandonné les légumineuses et le quinoa les remplace avantageusement.

Le quinoa est anti cholestérol et renferme les mêmes protéines que le lait.
En Amérique latine, le quinoa est planté dans des régions s’étendant des plaines océaniques jusqu’à 6 000 m d’altitude.
Le quinoa est une culture d’hiver, à semer entre novembre et février au plus tard. Il n’a pas besoin de soins, ni d’engrais, mais est très sensible aux températures élevées. Certaines variétés de quinoa supportent la sécheresse. Le rendement est de 20 à 25 q/ha. Pour 1 ha, il faut 1 kg de semences au maximum. Le semer à une profondeur de 1 ou 2 cm. Enlever les mauvaises herbes. Il faudra apprendre à distinguer le quinoa des autres chénopodiacées, dont le chénopode. Un autre atelier est prévu dans ce sens.
Besoin en azote : tout dépend de la culture précédente. S’il s’agit de légumineuses, pas besoin.
La floraison se fait au bout de 3 mois. Et la récolte au bout de 4 mois.

Des informations ont été également transmises sur l'épeautre : Epeautre.doc et l'amarante : Amarante.doc

Des graines de quinoa et d’épeautre ont été distribuées à l’assemblée. Cultures à suivre...
Un grand merci au professeur Ouafae Benlahabib pour cette présentation.

POURQUOI METTRE LE QUINOA AU MENU?

• On le trouve souvent moins lourd que les autres grains.
• Il resplendit dans les salades.
• Il se prépare en deux temps, trois mouvements.

• Sa teneur en protéines est particulièrement élevée.
• Il est riche en manganèse, en fer et en cuivre.

30/10/2007

Atelier compost 27 et 28 octobre 2007 à Shoul (Salé)

Week-end pour nous retrouver chez Touriya et Najib autour de l’avancée du projet de jardin maraîcher bio dans la région de Shoul (Salé) : avec Joseph Lucas, formateur à l’agro-écologie (de Terre et Humanisme France), Aïcha de Terre et Humanisme Maroc, Chérifa, qui a nous rejoint pour accompagner le projet (en fait une accroc au bio !).

La deuxième journée était consacrée à la rencontre avec les paysans de Shoul souhaitant s’engager et développer le jardinage maraîcher bio ; Mustapha et Redouane de la région de Shoul, déjà en lien avec le projet, étaient présents.

- Qu’est-ce qu’il s’est dit : faut que je fasse un petit résumé des points essentiels.

- Qu’avons-nous fait : la matinée du dimanche a été consacrée à la réalisation d’un compost COMPOST Fabrication.doc : vous pouvez aussi suivre en images l’élaboration d’un compost :



Un grand merci à Touriya et Najib qui nous ont accueillis avec générosité…